16999228_1185589271539727_1797336873620507822_n

Réponse à l’interpellation de Charlie Hebdo

Cher Charlie Hebdo,

Dans ton journal du 22 février dernier, tu interpelles les candidats à la présidentielle sur la question cruciale de la laïcité en France. C’est, pour moi aussi, un des enjeux de l’élection cardinale, particulièrement pour la gauche, qui a souvent failli sur ce sujet. J’ai néanmoins la conviction qu’il n’est pas trop tard pour la gauche républicaine et laïque.

Je m’engage, comme candidat, à ne jamais introduire et même à combattre toute tentative d’introduire dans notre droit un aménagement dérogatoire destiné à une communauté religieuse particulière.

Alors que les sénateurs de droite jouent les apprentis sorciers avec la loi de 1881, je m’engage à ne jamais introduire de délit de blasphème et à protéger la liberté des artistes et des journalistes. Lecteur assidu, je sais que ta rédaction abrite les deux catégories. Le Canada est mon contre-exemple absolu.

Je te trouve très raisonnable et peut être même un peu trop avec la loi du 9 décembre 1905. Oui, les articles que tu reproduis sur ta double-plage sont précieux et indispensables dans notre contexte. Le fait est pourtant que les extrémistes qui combattaient cette loi s’en servent maintenant pour avancer leurs pions. Le fait est que des élus complaisants chanteront les louanges de cette loi. Parce que celle-ci laisse la place à bien des accommodements et à bien des dérives, notamment au travers des arrêts et avis rendus par le Conseil d’État, qui récompensent l’activisme des extrémistes. Combien de candidats sollicités s’engageront à défendre cette loi ? J’aimerais non pas seulement la défendre, mais y ajouter des articles, y introduire de nouveaux articles : la laïcité garantit l’égalité en droits et en dignité des femmes, les enfants doivent être protégés, le voilement des petites filles doit être interdit, toute ouverture d’école confessionnelle hors contrat doit être soumise à une autorisation administrative préalable et son fonctionnement et ses enseignements doivent respecter la mixité sexuelle et l’universalité des droits. Mais tu as raison, il faut déjà se battre pour faire respecter ces articles.

Merci pour cette sommation salutaire. Merci pour ta vigilance. Plus que quiconque, tu as le droit d’exiger un engagement clair et ferme. Tu as tant souffert que ce droit est devenu un devoir. Comme toi, je considère que la laïcité sans adjectif, sans accommodement, sans obséquiosité est notre patrimoine le plus précieux. À mercredi prochain, Charlie.