Propos de campagne Faudot 2017

Vingt-et-un avril (le)

« Déjà, je vois de bonnes âmes agiter le fameux “spectre-du-21-avril” ! Cette intimidation ne prend plus. Un cycle s’est refermé avec les élections régionales de décembre dernier : le retrait des candidats de gauche au 2è tour, c’était un 21 avril volontaire. Cette décision disqualifie par avance ceux qui seront tentés de nous reprocher de mettre les pieds dans le plat, au risque supposé que l’histoire se répète, et que François Hollande ne se retrouve pas au second tour ! Si tel est le cas, la responsabilité pèsera entièrement sur ses épaules, sur ses renoncements, sur la politique qu’il a choisi de conduire depuis son élection, à rebours de ses engagements de campagne »

« Ah, le spectre du 21 avril 2002 ! Je vais vous dire une chose : si la gauche n’est pas capable d’entendre le discours que je porterai, elle ne sera pas au second tour. Le fond du problème, ce n’est pas de se rassembler à tout prix et donc à n’importe quel prix, mais de savoir comment fait la gauche pour reconquérir les jeunes et les classes populaires, qui sont tentés par l’abstention et le vote Front national. »