Portrait : Jean-Pierre, 63 ans

2015-10-02-jpl22-2

Qui es-tu ?

Je m’appelle Jean-Pierre Lettron, j’ai 63 ans.

Je suis issu d’un milieu populaire. Syndicaliste et militant politique depuis mes 18 ans, je me suis élevé par mon travail, mes luttes et mon engagement.

Après avoir milité dans diverses organisations d’extrême-gauche dans les années 1970 et avoir participé à la création de la radio Fréquence Libre, j’ai rejoint le Parti Socialiste au sein du CERES de Jean-Pierre Chevènement.

Exclu du PS par Manuel Valls pour avoir dénoncé le clientélisme qui régnait dans sa fédération, j’ai rejoint Jean-Pierre Chevènement au MDC dès sa création.

Qu’est-ce qui t’a poussé à soutenir la candidature de Bastien Faudot ?

Bastien a un côté sans-culotte qui me plaît bien. Digne héritier de Robespierre et Saint-Just, il incarne parfaitement la gauche républicaine dont je me réclame. Il défend les principes qui sont au coeur de mon engagement politique depuis mon entrée au CERES.

Quel thème te tient particulièrement à coeur ?

J’attache une grande importance à la souveraineté populaire, que Bastien Faudot est le seul candidat à mettre au coeur de sa campagne. La reconnaissance du peuple comme acteur politique central de la vie démocratique me paraît essentielle.

Je pense que Bastien Faudot pourra limiter l’emprise des technocrates et rendre la parole au peuple, tout en donnant aux responsables politiques la possibilité d’agir sur le temps long en rétablissant le septennat pour le Président de la République.