Faudot2017_Discours_7fevrier

DISCOURS D’INVESTITURE DU 7 FÉVRIER 2016

Chers amis, chers camarades,

Avant que tout cela ne commence vraiment, avant d’entamer mon propos, je veux vous parler. Ensuite, nous aurons moins le temps. Ensuite, si tout va bien, tout ira vite. Ensuite, c’est moins à vous qu’il me reviendra de m’adresser, qu’à nos compatriotes vers lesquels nous avons décidé de nous tourner.

Je veux vous parler, parce que c’est avec vous que cela commence ici, aujourd’hui. Je veux vous parler car c’est vous qui m’avez accordé votre confiance. Bien sûr, cette confiance me touche.

Je vous dois une confidence : dans un premier temps, lorsque plusieurs d’entre vous m’ont sollicité pour porter notre candidature, sans y réfléchir, je n’y voyais rien d’insolite. Dans un deuxième temps, plus j’y réfléchissais, plus cela me semblait extravagant. Dans un troisième temps, j’ai décidé de ne plus y réfléchir… J’ai décidé de ne plus y réfléchir car je crois qu’au fond, le goût du combat politique relève de l’instinct. Et c’est précisément ce qu’il s’agit de réveiller chez nos concitoyens, à qui la politique inspire d’abord un profond dégoût.

Votre confiance m’oblige aussi, car rien ne me prédestinait à être ici aujourd’hui. En politique, une chose ne doit jamais nous quitter : nous construisons d’abord du plus que soi. Ce plus que soi, c’est le combat pour la France, pour une France républicaine, au service de laquelle nous avons, les uns et les autres, consacré notre engagement. Un engagement qui exige de la générosité et de la sincérité. Ce sont ces deux choses simples auxquels longtemps les Français ont cru. Ce sont ces choses simples que nos compatriotes ont vu disparaître sous leurs yeux. Ce sont ces choses simples auxquelles, au-delà des programmes et des opinions, ils aspirent profondément. C’est avec générosité et sincérité que j’entends livrer ce combat. C’est avec générosité et sincérité que j’entends parler aux Français. C’est avec générosité et sincérité que nous parviendrons à mettre l’essentiel au coeur du débat.

Je veux vous parler, car la parole est le premier don politique que l’on doit aux citoyens. Qui ne voit combien cette parole publique est aujourd’hui abîmée, combien elle est discréditée avant même qu’elle ne soit prononcée ! Elle est profondément dénaturée par les stratégies de communication qui trop souvent tiennent lieu de politique.

L’action politique commence par la parole : une parole qui doit retrouver le goût de la liberté et de la franchise, une parole qui doit décrire le monde, une parole qui doit inspirer la confiance, une parole qui doit respirer le souci du vrai et du juste. Restaurer l’intensité de la parole politique, c’est la condition élémentaire pour que le débat public ait réellement lieu. Sinon, c’est une comédie, une pièce qui se déroule devant les citoyens, mais un théâtre sans illusion, dont chacun connaît les ressorts et la machinerie en coulisses. Une pièce dont chacun connaît l’intrigue et le texte qui sera prononcé par les acteurs. Une pièce où le personnage dit l’inverse de ce que pense le comédien. Une pièce où le personnage dit qu’il décide, et où le spectateur constate qu’il ne peut rien. Une pièce où l’on joue à être ce qu’on n’est pas. Une pièce dont chacun connaît la fin.

Comment s’étonner, dans ces conditions, que la salle se vide ? Voilà à quoi renvoie le dépit de nos concitoyens ! Voilà pourquoi beaucoup d’entre eux ne jugent plus utile de voter ! Ils ne s’abstiennent pas, comme l’on dit pudiquement. Ils font la grève. Nous devons entendre leurs revendications.

***

Citoyennes, Citoyens,

Chers compatriotes,

Vivons-nous encore vraiment dans une démocratie ?

Je ne parle pas de la forme institutionnelle qui fonctionne et qui préserve les procédures, des élections, une constitution, un Parlement et des élus locaux désignés par le suffrage universel. Je veux parler de démocratie réelle. Je veux parler du respect de la souveraineté du peuple, sans laquelle il n’est pas de République.

Le grand débat de l’élection présidentielle ne fera pas l’économie de cette question. L’effondrement de la démocratie, c’est la déconnexion entre la volonté exprimée par les citoyens et la politique conduite par ceux qui les représentent. Nommons les choses : la crise politique que traverse notre pays est une crise de souveraineté.

D’abord les citoyens ne se sentent pas ou mal représentés.

Ensuite, les citoyens sont affligés par la vacance du pouvoir : ils constatent que le politique ne peut rien ou si peu, et que les décisions sont prises ailleurs, c’est à dire en dehors du pays ou bien, en tout état de cause, en dehors de tout contrôle démocratique.

Peut-on sérieusement leur donner tort ?

A l’évidence, non. Les faits sont têtus. Le réel résiste à tous les dénis. Nous sommes à ce moment précis de l’histoire où il n’est plus possible d’ignorer les ravages générés par cette crise politique.

Peu à peu, j’en ai acquis la conviction : nous vivons dans une post-démocratie. La post-démocratie, c’est la démocratie Canada Dry : ça a la couleur de la démocratie, ça a le goût de la démocratie, mais ce n’est plus de la démocratie. La post-démocratie, c’est un régime qui préserve les apparences de la démocratie, mais un régime qui n’en a plus les qualités. Les élections peuvent aboutir à des changements de majorité, mais elles ne modifient qu’à la marge le contenu des politiques mises en oeuvre.

A quoi peut-on relier ce constat ?

Dans le paysage, je le disais à l’instant, la parole politique est profondément détériorée. Depuis le tournant de la rigueur de 1983 – tournant qui n’était pas une courbe, mais un véritable virage en épingle à cheveux, jusqu’à la fracture sociale de Jacques Chirac en 1995 ; des promesses de ruptures de Nicolas Sarkozy jusqu’au discours du Bourget de l’actuel Président de la République, la parole présidentielle a perdu son crédit. Depuis plus de trente ans, l’épreuve du pouvoir s’achève par la preuve des renoncements. La répétition du phénomène de manquement à la parole donnée a produit une faille de confiance qui sera longue à combler car nos concitoyens s’y sont accoutumés à un tel degré que désormais, ils anticipent le reniement avant même l’élection. La « défiance à l’égard des politiques », que les observateurs décryptent pudiquement à longueur d’enquêtes d’opinion, est devenue suspicion généralisée.

L’ampleur du divorce se mesure à l’aide d’un thermomètre assez fiable en démocratie. Je veux parler des élections.

Nous l’avons vu, une fois encore, aux dernières élections régionales avec une abstention massive et la confirmation que le FN est devenu la première force politique du pays.

Et ce n’est pas l’injonction futile au vote utile, ni les élans désespérés de barrage au FN qui permettront de résoudre le problème dans la durée. Il faut impérativement résister à ce sauve-qui-peut généralisé pour deux raisons. D’abord parce que la stratégie défensive est une logique de perdant. Ensuite parce qu’il vide le débat démocratique de sa substance. Rendez-vous compte, nous en sommes arrivés à un tel degré d’absurdité qu’il y a à gauche, des gens qui appellent à voter Estrosi pour empêcher la victoire du Front National !

On ne gagnera pas cette bataille en refusant de livrer le combat !

On entend en permanence que le FN instrumentalise les peurs des Français. Mais que dire des sociaux libéraux qui instrumentalisent sans vergogne la peur du Front National pour éteindre par avance tout débat ?

Chacun mesure l’opération politique qui se trame en coulisses. Déjà, je vois de bonnes âmes agiter le fameux “spectre-du-21-avril” ! Cette intimidation ne prend plus. Un cycle s’est refermé avec les élections régionales de décembre dernier : le retrait des candidats de gauche au 2è tour, c’était un 21 avril volontaire.

Cette décision disqualifie par avance ceux qui seront tentés de nous reprocher de mettre les pieds dans le plat, au risque supposé que l’histoire se répète, et que François Hollande ne se retrouve pas au second tour ! Si tel est le cas, la responsabilité pèsera entièrement sur ses épaules, sur ses renoncements, sur la politique qu’il a choisi de conduire depuis son élection, à rebours de ses engagements de campagne.

Le mandat de François Hollande est malheureusement écrit depuis le 29 juin 2012, lorsqu’il a décidé d’accepter le traité budgétaire européen, en dépit de son engagement de campagne de le renégocier. En matière économique et sociale, tout le reste procède de ce choix inaugural. Mais son problème est maintenant entier. S’il devait être candidat à sa réelection, ce n’est pas son bilan qu’il devra défendre. Il avait un mandat des citoyens français, et c’est le bilan d’Angela Merkel qu’il va leur présenter. Il ne faut pas s’étonner que les Français rechignent !

Car, comment expliquer qu’un gouvernement de gauche se soit converti au libéralisme le plus décomplexé ? Pourquoi appliquer la ligne politique de Manuel Valls qui avait réalisé 5% à la primaire de 2011 ? Au fond, il n’y a aucune explication qui vaille, car expliquer ce revirement, ne serait-ce pas déjà vouloir un peu l’excuser ?

Les partis politiques, ou plutôt, ce qu’il en reste, sont eux aussi devenus post-démocratiques. Ils ont une responsabilité éminente dans cette rupture entre le peuple et les élites mondialisées.

Les partis ne pensent plus : ce sont pour l’essentiel des appareils, des écuries, des corporations d’élus. Le réflexe grégaire de ces groupes s’est progressivement fossilisé. L’esprit collectif, le sens de la loyauté, sont des propriétés requises dans tout engagement politique dès lors qu’elles s’inscrivent dans la cohérence avec des idées. Le militant politique est une espèce en voie de disparition qui a progressivement été remplacée par une espèce nuisible : les affidés. Les affidés confondent fidélité aux idées et obéissance aux structures, intérêt de la Nation et intérêt des baronnies locales et des fiefs. Ces affidés, qui peuplent les directions des grands partis politiques, sont aidés par une armée toujours plus nombreuse de professionnels de la politique : des technocrates, des conseillers en communication, des spécialistes de l’opinion. Tous ces mercenaires de la politique vivent entre eux, et vivent d’un système de financement public de la vie politique qui est une rente de situation puisqu’il est basé sur les précédents résultats électoraux, privilégiant les vieilles formations déjà établies, bloquant toute perspective de renouvellement. Tous ces fonctionnements, notamment à gauche, corrompent la vie politique dans notre pays. Si cela a pu exister longtemps sans que les citoyens s’en inquiètent, ils en sont aujourd’hui très conscients.

C’est la raison pour laquelle je proposerai de modifier le financement des organisations politiques de notre pays. Nous pourrions par exemple envisager que leur financement dépende pour une part d’un fléchage obligatoire d’une petite partie de l’impôt. Les citoyens pourraient ainsi choisir quels partis politiques ils souhaitent véritablement financer. Cette réforme simple obligerait les partis à se préoccuper des Français tout au long du mandat, et non pas simplement lors des élections.

Autre symptôme de cette post-démocratie : le débat est lui-même institutionnellement confisqué.

A commencer par l’enceinte de la représentation nationale, devenu un théâtre d’ombres et par conséquent aussi, hélas, une véritable cour de récréation ! Le Parlement français est bridé par la mainmise de l’exécutif qui maîtrise l’ordre du jour, use et abuse des procédures accélérées, recourt au vote bloqué ou au vote réservé, innove avec de nouvelles délibérations si un vote des parlementaires a l’heur de déplaire au gouvernement, soumet la discussion au temps dit programmé, dégaine le 49-3 comme sur la loi Macron lorsqu’il se sait en minorité, dispose de toute latitude sur les délais…

Mais quel nom donner à une République qui infantilise à ce point sa « représentation nationale » ?

Pour la plupart, ces dispositions sont contenues dans notre constitution depuis 1958 avant l’apparition du fait majoritaire ! Aujourd’hui, ce ne serait pas trahir l’esprit de la Vème République que de revaloriser le rôle du Parlement : ce serait au contraire un retour aux sources : celui d’un équilibre raisonné entre l’exécutif et le législatif.

D’autres initiatives, plus clandestines, mais redoutablement efficaces, mettent la démocratie en péril.

Les intérêts des grands groupes, des banques et des multinationales, sont essentiellement assurés par l’action des lobbys. Ceux-ci ont obtenu le dépeçage minutieux de la fameuse taxe sur les transactions financières. Cette taxe Tobin, envisagée au départ à 0,1% des transactions, devait générer 35 à 40 milliards par an de recettes. Mais le lobby bancaire a trouvé que c’était trop, et la discussion se poursuit désormais avec une petite dizaine de pays, un taux abaissé, des exemptions multiples – notamment pour ce qu’on appelle les « teneurs de marché ». Savez-vous ce que sont les « teneurs de marchés » ? Pour l’essentiel, ce sont les grandes banques, qui assurent la liquidité des places boursières… Fermez le ban !

Le lobby est un secteur florissant de l’économie de Bruxelles : 20.000 à 30.000 emplois, ce n’est pas rien ! Les lobbycrates ont également obtenu le renoncement à la taxation du trading de haute fréquence, cette technique qui permet de gagner quelques dizaines ou centaines de milliers de dollars dans des opérations qui se déroulent à la vitesse du son : en quelques millisecondes, les robots achètent et revendent des titres et génèrent des profits grâce au volume. Cela relève largement de la manipulation du marché. Où est l’entreprise dans cette virtualité ? Où est la production ? Où sont les salariés ?

Loi bancaire, législation sur le tabac, affaire du Mediator… La lobbycratie a montré, à de nombreuses reprises, sa capacité d’influence. Cela rend des mesures législatives indispensables, et j’entends proposer des mesures démocratiques fortes en ce sens. Elles viseront à généraliser la transparence quant aux activités des lobbyistes et à leur financement ; à garantir l’équité d’accès aux décideurs publics afin de permettre une représentation pluraliste de la société civile ; à durcir les règles sur le pantouflage et à les étendre de manière adaptée aux parlementaires ; à interdire aux organisations de lobbying de recruter, sous quelque forme que ce soit, d’anciens décideurs publics, avant un délai de carence fixé par loi ; de sanctionner avec la plus grande sévérité tout manquement à ces nouvelles règles de salubrité démocratique.

Le pouvoir de la finance dans l’orientation des politiques économiques n’est plus à démontrer. A cet égard, la lobbycratie s’inscrit dans son époque. Nous avons changé de monde en même temps que nous avons changé d’époque : désormais, la politique se fait à la corbeille.

La mondialisation financière réhabilite le droit du plus fort, déguisé en droit tout court. Le marché organise un rapport de force dont le déséquilibre ne cesse de s’accentuer au bénéfice de la valeur actionnariale, au détriment des salariés, des citoyens, au détriment aussi des puissances publiques, Etats et collectivités.

Cela est vrai des producteurs et de la filière agricole qui sont soumis aux exigences de la grande distribution. Cela est vrai du chantage permanent à la délocalisation dont abusent de grands groupes. Cela est vrai de la concurrence qui entraîne la baisse des salaires en Europe, obligeant les uns et les autres à s’aligner pour ne pas perdre en compétitivité. Cela est vrai de la situation des salariés qui intègrent mécaniquement la précarité de leur situation dans un contexte de chômage structurel.

Ce système asymétrique est en train d’essorer les forces vives en Europe, désespère les salariés, bouche l’horizon des jeunes générations.

De nombreuses mesures seront à prendre pour que la politique, c’est à dire la démocratie, gouverne à nouveau l’économie. La première d’entre elles sera de rétablir un contrôle des capitaux, à même de protéger la production et l’économie réelle du chantage à la délocalisation. Cela posera donc, j’y reviendrai, la question de l’Europe, puisque toute mesure de contrôle des capitaux est strictement proscrite par l’article 63 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne. Une véritable séparation des activités bancaires, ainsi qu’une taxe sur les transactions financières, seront également au coeur de mes engagements.

Le fonctionnement de la post-démocratie transforme peu à peu l’Etat en Etat fantôme.

La commercialisation des biens communs répond à une stratégie assez basique : d’abord on distingue les activités publiques rentables des activités publiques qui ne le sont pas. Ensuite, on vend les premières à l’économie privée et on laisse à l’Etat le soin de gérer les activités coûteuses : cette mécanique facilite ensuite le travail de ceux qui veulent démontrer combien l’Etat est mauvais gestionnaire : il lui reste à gérer la misère. Cette stratégie, c’est celle de la prophétie autoréalisatrice.

C’est le vaste mouvement de privatisation des services publics auquel l’ensemble des gouvernements en France s’est rendu depuis trois décennies. Le dernier exemple en date, c’est la mise en demeure de la commission européenne de libéraliser les barrages hydroélectriques ! Concurrence libre et non faussée disent-ils, inlassablement ! Savent-ils seulement quelle est la fonction des barrages dans le mix de production électrique ? Les barrages permettent de délivrer rapidement de l’énergie en cas de pic de demande. Si demain l’opérateur principal qu’est EDF n’en dispose plus, il ne faudra pas s’étonner de redécouvrir les charmes d’une partie de scrabble le soir à la bougie…

L’Etat fantôme ? C’est l’injonction faite aux services publics d’adopter les pratiques de l’entreprise privée, de revenir sur le statut des fonctionnaires. L’Etat-fantôme, c’est aussi la multiplication des fameux PPP : Partenariat Public-Privé dont la vraie traduction est : Profits Pour le Privé, Pertes Pour le Public. L’Etat-fantôme, c’est la sous-traitance au privé des missions qu’il savait parfaitement remplir autrefois : qui sait, par exemple que la gestion de près de la moitié de nos prisons est d’ores et déjà déléguée à des entreprises privées ? L’Etat-fantôme, c’est la perte de confiance de l’Etat en ses propres capacités, c’est une crise de légitimité qui touche ses agents, c’est la culpabilisation permanente des fonctionnaires par la doxa libérale. Mais qui osera enfin rappeler que les agents publics produisent de la richesse dans ce pays ?

J’entends pour ma part défendre ardemment les services publics et leurs agents, le rôle et les missions de l’Etat. Je n’exclus ni les nationalisations provisoires, ni les nationalisations définitives. La puissance d’agir du politique est à ce prix. Il est des biens communs qui doivent appartenir à la communauté des citoyens. Ceux qui, depuis le célèbre “Ni-Ni”, renoncent à cet outil, ont cédé moralement et idéologiquement aux libéraux.

La Post-démocratie, c’est évidemment le transfert de pouvoir vers des autorités extérieures, des organes internationaux de plus en plus puissants et qui n’ont de compte à rendre à personne. C’est le pouvoir monétaire de la Banque Centrale Européenne. C’est le pouvoir normatif et juridique de la Cour de Justice de l’Union Européenne. C’est le pouvoir moralisateur de la Cour européenne des droits de l’Homme. C’est le pouvoir de surveillance de la commission européenne sur les budgets des Etats. C’est le pouvoir du Fonds Monétaire International qui réinvente les programmes de type pétrole contre nourriture en proposant des financements contres les fameuses réformes structurelles. C’est le pouvoir de l’OMC qui régit le commerce mondial. C’est l’extension continue des tribunaux d’arbitrage en matière commerciale.

La post-démocratie, c’est aussi la constitutionnalisation des politiques publiques dans le marbre des traités, qui échappent ainsi à la délibération collective. Le propre d’un traité, c’est qu’il surplombe les choix politiques des peuples. Il survit aux changements de majorité. Dès lors, lorsque leur contenu intègre des orientations en matière économique, ils deviennent de véritables modes de gouvernement.

Je parle naturellement du TAFTA, ce traité scélérat en cours de négociation, dans la plus stricte clandestinité.

C’est bien évidemment aussi le cas du maudit Traité de Lisbonne. Ce traité que le peuple français avait rejeté sans équivoque à 55 %, et que le Parlement, censé représenter ce même peuple, a estimé convenable de ratifier deux ans et demi plus tard ! Remarquez bien l’ironie de l’histoire : c’est à Versailles que le congrès s’est réuni pour enterrer ce jour là, la souveraineté populaire ! Il y a comme ça des lieux qui semblent avoir une vocation immuable…

L’affaire du Traité, véritable LisbonneGate, mérite d’être jugée pour ce qu’elle est : un parjure de la représentation nationale, une véritable violation de serment. Car s’il n’y a pas de mandat impératif, il y a, à tout le moins, l’obligation pour ceux qui procèdent du peuple, de respecter ce peuple, de s’incliner devant lui. Cet événement reste un choc, un traumatisme pour toute la République. Depuis 2008, il y a un peuple orphelin. Nous serons là pour porter sa voix, son exigence de justice, sa farouche volonté d’exister. Et je prends l’engagement devant vous d’inscrire dans la constitution l’obligation de consulter les Français par référendum comme préalable indispensable à la ratification ou à la réforme d’un traité concernant la construction européenne ou l’organisation du commerce international. Ces choix fondamentaux appartiennent au peuple. C’est à lui qu’il revient de se prononcer. Il est le décideur en dernier ressort.

Je ferai ici une observation. Il y a, au sein de notre Assemblée nationale, de dangereux récidivistes. Je veux parler de l’application du statut de collectivité territoriale unique pour la Martinique et pour la Corse. Les citoyens l’avait rejetté par référendum en 2003 dans ces deux îles. Qu’est-ce qui justifie, plusieurs années après, de passer outre la volonté exprimée majoritairement par le peuple ? Qu’est-ce qui autorise la représentation nationale à s’affranchir de la souveraineté du peuple ? Avec les Français, nous sommes attachés à l’unité de la République et à son indivisibilité sans lesquelles l’Egalité, au coeur de notre devise, devient une fiction.

J’ai pris le temps de désigner toutes ces choses car les faits sont accablants pour qui accepte enfin de les regarder en face.

La post-démocratie, c’est ce qui reste quand le pouvoir s’est progressivement affranchi des citoyens qui encombrent l’espace du débat.

La post-démocratie se dispense des citoyens.

Nous, nous pensons qu’ils sont indispensables. Nous, nous voulons que le peuple français redevienne indispensable. Voilà pourquoi une candidature de la gauche républicaine, patriote, souverainiste, est aujourd’hui vitale dans le débat qui s’ouvre. Nous voulons offrir une forme politique à l’œuvre de reconquête par les citoyens de notre démocratie.

A ceux – je doute qu’il y en ait ici parmi nous – qui sont tentés de prolonger encore le déni, je veux dire qu’ils ne sont pas seulement comptables du passif, mais qu’ils seront aussi comptables de ce qui adviendra désormais.

Je veux dire à ceux qui parlent du débat sans jamais le vouloir, ceux qui tiennent le discours de la seule politique possible, ceux qui répondent à la crise structurelle de l’Europe par “plus d’Europe”, à la crise du libéralisme par “plus de libéralisme”, au développement des communautarismes par “plus de communautarisme”, à l’émiettement de la République par plus d’émiettement de la République ; je veux leur dire qu’ils ne mesurent pas l’immense responsabilité qui est la leur dans le déclin du pays.

Un ancien premier ministre avait revendiqué la possibilité d’exercer un droit d’inventaire. J’aimerais aujourd’hui le rassurer : nous entendons bien l’exercer !

La souveraineté du peuple a été capturée par une caste qui agit au service de la finance. Le programme idéologique du libéralisme tend à une chose : la naturalisation des rapports sociaux. Dit autrement, c’est le retour de la loi de la jungle et le triomphe du droit du plus fort dans tous les domaines.

Cette caste agit-elle délibérément au service de la finance ? Une partie d’entre elle sans doute, mais au fond, cela n’a que peu d’importance. Qu’elle agisse sans vraiment savoir ce qu’elle fait ou qu’elle le fasse de manière planifiée, le résultat est le même. Dans un système de pouvoir, chaque agent joue sa partition au gré de ses intérêts. Nous ne résoudrons pas le problème par la simple accusation des élites : les dirigeants politiques, les traders et les banquiers, les lobbys, les médias, les hauts fonctionnaires et les technocrates…. On ne résoudra les problèmes posés par la post-démocratie que si nous sommes capables de proposer une nouvelle organisation des rapports sociaux, une nouvelle vision du monde. Plus que les joueurs, c’est en priorité la règle du jeu qu’il convient de changer.

Le projet que je vais présenter aux Français, je le souhaite dense, sérieux, ambitieux, mais aussi original et étonnant.

***

Le vieux monde s’effondre. Nous sommes dans un monde nouveau. Pour apporter des réponses aux grandes questions de notre temps, nous devons inventer, changer d’angle, être capables de donner à voir la France que nous voulons, dans le monde qui vient.

Pour rétablir les citoyens au cœur de la République, je veux esquisser ici à grands traits les axes de ce projet.

Je vois quatre grands chantiers qu’il faudra engager. Ils n’épuisent évidemment pas le projet que je présenterai aux Français.

1 – La question sociale : vers une société de plein emploi

Sans la question sociale, la République est vide. La question sociale sera au cœur de notre campagne, qu’il ne faut pas confondre avec « l’assistanat ». Ce mot « assistanat » est en soi un marqueur : c’est la façon dont les puissants désignent aujourd’hui les dispositifs de solidarité . Non, la politique sociale ne se réduit pas à l’intervention de la puissance publique en aval, pour corriger ou soulager les dégâts causés par le marché. La question sociale passe en premier lieu par le défi magistral que représente le chômage massif auquel nous sommes désormais abonnés depuis de longues années.

Le chômage détruit tout sur son passage. Au moins six millions de nos concitoyens sont aujourd’hui exclus du marché de l’emploi. Pour eux, cela signifie d’abord des difficultés quotidiennes pour vivre, pour se loger, pour manger, pour se déplacer, pour permettre à leurs enfants d’étudier, pour avoir l’accès aux loisirs et à la culture. Le chômage est un enfermement, une forme d’assignation à résidence. Il conduit à l’exclusion des familles entières pour qui l’avenir se conjugue chaque jour au présent. Et c’est de dignité dont il est d’abord question.

On nous dit que depuis quarante ans, la France aurait tout essayé : cela a commencé par « le pacte pour l’emploi des jeunes » de Raymond Barre. C’était en 1976, je n’étais pas né… Mois après mois, tels sœur Anne, nous continuons de scruter l’horizon dans l’attente de l’inversion de la courbe du chômage. Et tels sœur Anne, nous ne voyons rien venir…

Le travail permet l’autonomie de ceux qui en ont un. La valeur du travail reste basiquement le prix du salaire. Mais le travail représente aussi la reconnaissance sociale, le sentiment d’utilité au monde qui nous entoure. Notre projet proposera au pays de reprendre en main cette question. Tout devra être subordonné à cet impératif : comment bâtir une société de plein emploi dans le pays ?

La réponse à cette question nous impose de proposer des solutions innovantes. Il faudra mobiliser toutes les forces du pays vers cet objectif : commencer par l’effort de recherche, organiser le renouveau industriel, nous protéger de la concurrence déloyale des pays à bas coûts, proposer enfin une nouvelle organisation du travail. Les conditions de travail, le temps de travail : ces sujets devront être abordés sans tabous. L’activité est insuffisamment répartie : il existe aujourd’hui une France des cadres qui travaillent chaque semaine 60 à 70 heures et qui financent la survie de ceux qui ont un petit boulot ou pas de boulot du tout. Cette répartition est absurde et elle génère, de surcroit, des ressentiments puissants au cœur de la société.

Le temps est venu de sortir des réflexes et des oppositions stériles qui polluent aujourd’hui toutes les questions liées au travail. Les économies dirigistes ou administrées n’ont pas le monopole de la bureaucratie. Une nouvelle bureaucratie néolibérale s’est développée : l’inflation de normes en tout genre, le commerce des droits et des brevets, le droit de la propriété intellectuelle, les procédures, le contrôle de gestion, le benchmarking… Le formel remplace peu à peu le réel. La méthode remplace le métier.

2 – Fiscalité et répartition des richesses

Le phénomène de l’explosion des inégalités est aujourd’hui spectaculaire. Il procède d’un double mouvement : d’un côté le décrochage des classes populaires ; de l’autre, la progression vertigineuse du capital des riches. Aujourd’hui les revenus des 10 % de la population les plus riches sont dix fois plus élevés que deux des 10 % des plus pauvres. Ce ratio était de sept dans les années 80. Le chiffre le plus éloquent a été rendu public la semaine dernière : les 62 personnes les plus riches dans le monde possèdent autant que 3,5 milliards d’habitants. Les 1 % les plus riches possèdent désormais davantage que les 99 autres %.

L’Etat dispose d’un outil à sa disposition pour corriger ces inégalités et assurer les recettes nécessaires à l’organisation de la solidarité : la fiscalité. La révolution fiscale est un chantier colossal à bien des égards car le débat est piégé. D’abord, le consentement à l’impôt des Français s’est progressivement détérioré. Ensuite, le système fiscal, censé amortir les inégalités, est aujourd’hui un facteur aggravant des inégalités : les 507 niches fiscales bénéficient pour l’essentiel aux classes moyennes et aisées. Par ailleurs, l’impôt progressif représente moins de 15% des recettes de l’Etat… Enfin, la complexité du système fiscal génère davantage de méfiance qu’un pacte lisible et compréhensible par tous.

Il faudra proposer une simplification du dispositif fiscal, élargir l’assiette, proposer un impôt universel sur le revenu où tous les Français contribuent au fonctionnement de l’Etat. Nous pouvons envisager également de proposer un nouveau mode de financement de la solidarité nationale et des organismes qui assurent la protection sociale. Aujourd’hui leur financement repose exclusivement sur la dynamique économique et la production de richesses. Il n’est pas inutile de s’interroger sur le fait que tous les Francais contribuent au financement de la politique familiale, ou de la protection maladie.

3 – Mettre à jour la Vème République

Le troisième grand chantier, c’est la révision nécessaire de nos institutions. Le régime présidentiel a fait ses preuves. Il ne faut pas être injuste avec la Veme Republique et je préconiserais de prendre garde à ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain. C’est un régime aujourd’hui déséquilibré. Mais ce n’est pas une énième République dont la France a besoin. La tentation de la 6ème République dont on nous rebat les oreilles relève d’une certaine démagogie : va-t-on vraiment rendre la République plus démocratique en supprimant l’élection du chef de l’Etat au suffrage universel ? Et la révocation des élus à mi-mandat, n’est-ce pas là une façon de constitutionnaliser la défiance, d’inscrire le doute permanent comme mode de relation entre les élus et les citoyens ?

La France a surtout besoin d’une 5ème République refondée. Une République 5.2 dans laquelle on assure l’équilibre, la séparation et la lisibilité des pouvoirs. La République 5.2, c’est la mise à jour de la Vème République qui pourrait articuler :

La revalorisation du rôle de l’Assemblee nationale. C’est à l’Assemblee que le débat démocratique doit avoir lieu plus que dans le huis clos du conseil des ministres. Elle doit donc aussi refléter la diversité politique du pays.
Le retour au septennat pour déconnecter le mandat présidentiel du mandat législatif
La création d’une grande journée de délibération au cours de laquelle, chaque année, un référendum pourrait être organisé. Il convient de dédramatiser le recours au peuple et de convoquer par avance l’obligation faite au gouvernement et au parlement de revenir sur des questions utiles, devant les citoyens.
L’évolution des missions et compétences du Sénat qui pourrait devenir demain une chambre citoyenne qui exerce un pouvoir de contrôle de la vie démocratique, procède aux désignations et aux nominations pour les postes stratégiques, car il y a aujourd’hui une trop grande perméabilité entre pouvoir politique et responsabilité administrative.
Faire un choix enfin pour les collectivités et l’architecture des administrations publiques en France. Les citoyens ne comprennent rien à l’imbrication institutionnelle du pays. La Loi NOTRe a, de ce point de vue, encore aggravé les choses. Nous sommes loin du choix de simplification. Nous vivons dans une République lorsque les citoyens sont, à minima, capables de répondre à la question : qui fait quoi ? Aujourd’hui, la réponse est à peu près : tout le monde touche à tout. Nous devons trouver une formule équilibrée qui permettra de conserver la clause générale de compétence pour les communes, et de la supprimer pour les autres échelons. Chacun doit avoir sa mission, qui dépend elle-même du périmètre de l’action publique.
Cet enjeu institutionnel doit aussi être pensé du point de vue de l’unité de la République. La France, ce n’est pas Paris et la quinzaine de métropoles qui bénéficient de la mondialisation. 80 % des habitants sont dans des espaces dits « périphériques » pour lesquels la mondialisation est une menace. Cette France des provinces délaissées est aussi celle qui vote le plus massivement pour le FN. Nous devons être en capacité de valoriser nos villes moyennes qui vivaient autrefois d’une industrie locale à tres forte teneur identitaire pour la région, de valoriser nos espaces ruraux confrontés à l’exode rural, valoriser enfin nos espaces naturels et préserver nos paysages. C’est aussi cela la France.

4 – Bâtir l’Europe du commun

Le quatrième grand chantier consiste à aborder la question européenne sous l’angle du réel, de la realpolitik. La construction d’un destin commun pour les peuples d’Europe, ne peut pas été envisagée contre eux, et exige aussi du temps. Le gâchis – il n’y a pas d’autre mot, saute aujourd’hui aux yeux.

L’Europe utile, c’est l’Europe du commun et non l’Europe de l’unique. Par mise en commun, nous entendons logique de projet – c’est l’histoire d’Airbus, pour laquelle la volonté a suffi. Il n’y a pas eu besoin d’enfermer le projet aeronautique dans le juridisme des traités.

La logique de l’unique conduit inéluctablement à la contrainte et au carcan. Cette question est mécanique. Budget unique, frontières uniques, monnaie unique ! Laquelle de ces trois initiatives fonctionne vraiment aujourd’hui ?

Mieux vaut éviter à mon sens de faire de la monnaie une obsession. Nous n’avons pas d’approche idéologique du sujet. Il n’y a qu’une seule question à poser : est-ce que ça marche ? Si ca ne marche pas, il faut en tirer quelques conséquences…

Pour avoir critiqué la monnaie unique dès sa naissance lors du Traité de Maastricht, nous sommes en capacité de voir tous les problèmes que pose l’euro.

D’abord, l’euro est un frein à la croissance. Les pays de la zone euro ont en moyenne 0,5 à 1 point de croissance de moins que les autres pays européens. Cela ne date d’ailleurs pas de la crise, mais est valable depuis l’introduction de cette monnaie.

Ensuite, l’euro, alors qu’il a été imaginé comme une monnaie politique pour faire converger les systèmes économiques sur le continent, produit exactement l’inverse. Une monnaie unique sur un espace aussi grand, aussi peuplé et disposant de modèles économiques aussi différents n’est pas viable car il renforce mécaniquement les disparités. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Paul Krugman, prix Nobel d’économie.

Enfin, l’euro encourage le dumping social. Dès lors que les états ne disposent plus du pouvoir monétaire, les seules capacités d’ajustement reposent sur la dévaluation salariale pour demeurer compétitifs.

Si ces trois conséquences de la monnaie unique ne suffisent pas à nos dirigeants pour prendre des initiatives fortes, leur cas est désespéré…

Nous proposerons donc de nationaliser l’euro pour que la France retrouve un outil monétaire au service de sa politique économique et sociale. Cela est plus précis que la sortie de l’euro qui ne veut rien dire ou pas grand chose. Sortir n’est pas un projet politique. Sortir pour quoi faire ? Ce que nous voulons, c’est retrouver notre souveraineté.

La monnaie unique n’est pas l’unique question. La reconquête de notre souveraineté, c’est aussi la reconquête de notre souveraineté budgétaire. La représentation nationale, l’assemblée élue par les Francais n’a pas à montrer patte blanche à la commission. La France est un pays adulte et c’est une humiliation permanente dont les Francais ne veulent plus. Ce n’est pas compatible avec l’exercice de notre démocratie.

La reconquête de notre souveraineté passera enfin par la maîtrise de notre territoire et de nos frontières. Que les bonnes âmes se rassurent, je ne suis pas un nostalgique de la ligne Maginot, ni un admirateur des murs et de la frontière qui sépare les deux Corées. Rétablir la maîtrise des frontières, c’est se donner les moyens d’avoir une politique d’immigration qui soit sérieuse et conséquente. Une frontière délimite un dedans et un dehors comme le dit Régis Debray. C’est une interface, un lieu de passage sur lequel on exerce un contrôle.

***

La République partout, la République pour tous : telle est l’ambition que nous pouvons proposer pour servir notre pays.

La République partout, la République pour tous, c’est d’abord notre devise : Liberté – Egalité – Fraternité. Je crois en la République, en la force motrice de sa devise qui n’est pas un totem, mais un programme que nous devons recommencer ensemble chaque jour.

La liberté des Républicains n’est pas liberté des libéraux, ni celle des libertaires. La liberté qui n’est ni la permissivité ou la licence, ni le laisser faire. Notre liberté, c’est l’émancipation du peuple tout autant que l’émancipation des citoyens.

L’égalité ne veut pas dire alignement ou le nivellement, qui s’effectue toujours par le bas. Notre égalité, c’est l’égalité de tous devant la loi, quel que soit leur sexe, leurs origines, leurs croyances, leur statut social ou leur fortune.

La fraternité, enfin, qui n’est pas une morale de curé. Notre fraternité, c’est ce qui lie les citoyens, par delà leurs différences. Notre fraternité permet de faire société, d’unir la République en unissant ceux qui la font vivre.

La République partout, La République pour tous suppose de reconstruire l’Etat. Un Etat puissance, un Etat stratège. La République n’est pas un régime de faiblesse où triompherait la toute puissance des individus. La liberté des citoyens s’exerce au cœur d’une société dans laquelle le sort de chacun est lié à celui des autres. Elle suppose la loi et l’édification d’un Etat car comme le dit Lacordaire : « entre le faible et le fort, c’est la liberté qui opprime, et la loi qui affranchit ». Sans l’autorité de la loi, il n’y a pas de République.

La République partout, la République pour tous, c’est ensuite l’affirmation des principes de la citoyenneté. L’équilibre des droits et des devoirs n’est pas une morale. C’est une nécessité car les droits des uns sont les devoirs des autres. L’extension indéfinie des droits est une illusion qui programme les désillusions. La citoyenneté implique des devoirs envers la Nation. C’est le désintéressement des citoyens, le don de soi pour une cause qui nous surplombe et qui nous lie.

La République partout, la République pour tous, suppose la promotion de la laïcité. Elle implique la neutralité de l’Etat, garantit l’exercice de la libre conscience et la libre expression. La laïcité impose aussi l’étanchéité entre l’espace public et ce qui relève du privé : les croyances, les convictions, les modes de vie des uns seront aussi longtemps protégées qu’elles n’exerceront aucune contrainte ni aucune oppression sur celles des autres. L’Islam connaît aujourd’hui une crise en son sein. Cette crise n’a rien à voir avec la France : elle est mondiale. Notre rôle consiste à promouvoir un Islam séculier : nos compatriotes musulmans doivent savoir, comme tous les autres citoyens, que la République sera un refuge pour eux aussi longtemps que la pratique de leur foi consentira à la primauté du profane dans l’organisation de la cité.

La République partout, la République pour tous, une promesse qui prend tout son sens grâce à l’école. L’école permet à tous l’accès aux savoirs, l’ouverture et la compréhension du monde qui nous entoure. Dès la maternelle, l’école est l’allié le plus précieux du citoyen en devenir. Pilier des institutions républicaines, l’école permet l’ascenseur social, c’est-à dire la possibilité toujours offerte de s’arracher aux conditions de naissance. Mais la transmission des savoirs est aujourd’hui menacée par la démagogie des discours pédagogistes, jamais avares de réformes toutes plus hasardeuses les unes que les autres. La réformite est une maladie qui fragilise de manière permanente le travail des enseignants dont l’autorité est sans cesse remise en cause. Plus qu’un sanctuaire, l’école est un lieu de résistance : résistance au consumérisme ambiant, résistance à la médiocrité, résistance au discours de la facilité, résistance au règne de l’instantané.

La République partout, la République pour tous, requiert enfin d’assurer la sécurité des citoyens. La sécurité n’est pas une valeur mais une nécessité requise pour que nos compatriotes donnent le meilleur d’eux-mêmes. L’état d’insécurité physique ou morale génère l’angoisse et l’obsession de l’instant vécu comme une menace. Il faut sortir de la fausse querelle entre prévention et répression : penser l’un sans l’autre conduit à marcher à cloche-pied. La sécurité de tous assumée par l’Etat, détenteur du monopole de la violence légitime, c’est la garantie de ne pas sombrer dans la guerre de tous contre tous ni dans les modèles d’autodéfense qui conduisent à des formes larvées de guerre civile et de séparatisme social.

J’ai pris soin de situer nos phares et balises. Nous en aurons besoin pour naviguer dans ce siècle qui commence avec fracas : ces répères nous permettent d’éviter les récifs et les hauts fonds. D’autres naviguent sans ambition, en faisant du rase-cailloux. Notre projet devra prendre des risques, à commencer par celui de réussir.

***

Citoyennes, citoyens, chers compatriotes, il n’y a pas de fatalité. La reconquête de notre souveraineté est le défi majeur pour lequel nous devons concentrer toutes nos forces. Sans elle, il n’y aura pas de transformation sociale. Sans elle, le peuple français, mais aussi les peuples en Europe, seront condamnés à rester spectateurs de leur propre destin. Non seulement ce n’est pas souhaitable, mais surtout, cela n’est pas soutenable.

Les Français ne souffrent pas seulement de la crise sociale et économique que nous endurons. Ils éprouvent une infinie tristesse devant la crise politique qui se déploie. Le doute a colonisé les consciences.

Sur les bancs de l’école, nous avons appris que la République était forte et nous la voyons faible. Nous avons appris que le citoyen était roi et nous le voyons sujet. Nous avons appris que le courage était la vertu décisive de l’action, et nous voyons triompher les lâches, les raconteurs et les comptables. Comment ne pas se décourager ?

Que peut la France ? Combien de fois la Nation a-t-elle trébuché dans l’histoire ? Combien de fois le peuple a-t-il été dépossédé ?

A chaque fois, le pays a su se relever. A chaque fois, les forces sociales se sont organisées. A chaque fois, les citoyens ont décidé que rien, aucune idole, aucune autorité illégitime ne pourrait durablement régner sur eux.

Les siècles de notre Histoire sont là pour en témoigner.

Certes, il y eu Henri II Plantagenêt. Ensuite vint Philippe Auguste à Bouvines.

Certes, il y eu la Saint-Barthélémy. Ensuite vint l’Edit de Nantes.

Certes, il y eu Louis XVI. Ensuite vint Valmy.

Certes, il y eu Sedan. Ensuite vint la IIIème République.

Certes, il y eu Verdun. Ensuite vint Clémenceau.

Certes, il y eu juin 1940. Ensuite vint la Libération.

Certes, il y eu Maastricht. Ensuite vint le peuple du 29 mai 2005.

Ce message d’espoir, c’est celui du Discours de la servitude volontaire de La Boétie. Il témoigne lui aussi, du fond des âges, que le sursaut est toujours possible. Bien sûr, le tyran décrit par La Boétie a changé : ce n’est plus le monarque seul et tout puissant. Notre tyran, c’est la finance. C’est elle qu’il s’agit de dompter pour laisser enfin respirer les peuples.

La République est déjà là. Nous l’avons reçue en héritage avec l’obligation d’en prendre soin.

La France n’est pas éteinte.

Les citoyens n’ont pas abdiqué, ils sont démoralisés. « L’esclave perd tout dans ses fers, jusqu’au désir d’en sortir » dit Rousseau dans le Contrat social. Nous avons un travail à faire : celui de participer au réveil des consciences en tenant un langage de sincérité. La franchise est devenue si rare qu’elle ne peut qu’être entendue.

La France n’est pas éteinte.

Elle dispose de ressources, nombreuses, qu’il s’agit de mobiliser. Nous ne sommes pas condamnés à l’effondrement que nos élites semblent avoir déjà intégré.

Non, la croissance n’est pas évaporée à tout jamais.

Non, le plein emploi n’est pas une chimère.

Non, la justice sociale n’est pas un objectif périmé.

Non, la France n’est pas finie.

Il existe une mémoire collective sur laquelle nous pouvons nous appuyer. Il existe une profonde aspiration à la justice. Les peuples sont dotés d’un instinct de survie dont nous ne devons pas douter.

Mettre un terme à la post-démocratie, reconquérir la souveraineté populaire, c’est la condition pour engager une autre politique ! C’est l’immense chantier auquel nous devrons, avec d’autres, nous atteler. Ce combat sera âpre et difficile.

Il ne sera pas achevé, quoi qu’il arrive, en 2017.

Il commence avec 2017.

Nos adversaires sont puissants : ils mettront tout en œuvre pour empêcher la réappropriation du pouvoir par les citoyens. Ils mobiliseront toutes leurs forces car les intérêts demeurent en toute chose la plus puissante des motivations.

Ce combat que nous allons livrer ensemble, notre combat, n’est pas le combat d’une élection, c’est le combat d’une génération. Et c’est maintenant qu’il commence. Avec vous.

Vive la République, vive la France !